Melessës, les demi-elfes

Demi-elfe

ela faisait des années que je n'étais plus venu à Dvâryatree, l'un des grands ports d'Ajagar. Je descendais de l'Albatros l'esprit plein de rêves nourris des merveilleux souvenirs que j'avais de la cité et plus encore de Nidari. Certes, nous nous étions quittés subitement, mais elle continuait d'occuper une place à part dans mon coeur. Cette blonde aventurière humaine avait choisi son surnom – l'intrépide – dans la langue de son pays d'adoption. Ensemble, nous avions navigué vers Bandiko-Mibu et dans tout l'empire maritime de Gardhat. Je me rappelais la manière dont elle nous avait permis d'échapper à un rukh, ces gigantesques oiseaux voraces, et quand je l'avais à mon tour sauvée de l'appétit d'un jeune dragon-tortue...

Près de 30 ans s'étaient écoulés. J'étais retourné parmi les miens pour me rendre au chevet de mon père mourant, puis une chose en entraînant une autre, j'avais plus que tardé à revenir et je n'avais pas encore pu honorer ma promesse de revenir auprès d'elle. Après tout ce temps, je savais que la beauté de la fière jeune femme avait dû se flétrir, mais je ne voulais pas m'en formaliser. Nidari était dans mon esprit un délicat chrysanthème en automne, j'imaginais sa peau fragile et parcheminée, marquée par ses expériences, mais renfermant toujours la même âme vaillante.

Une courte enquête me permit d'apprendre qu'elle habitait dans une résidence bourgeoise aisée et j'en fus heureux pour elle, supposant que ses aventures avaient porté leurs fruits. Accueilli dans le patio, j'attendais que la maîtresse des lieux acceptât de me recevoir et me perdais dans la contemplation des plantes grimpantes. J'entendis la voix d'un homme, le timbre bien modulé :

« Mère ne vous recevra pas aujourd'hui, ni un autre jour : elle souhaite ne pas ternir le souvenir que vous avez d'elle. En revanche, je suis curieux de faire votre connaissance, Père. »

Mon coeur cessa de battre un instant. Glacé par ce choc, je cherchais le visage de cet inconnu qui sortait lentement des ombres : Amarkhoon, mon fils. Il me paraissait déjà plein d'assurance pour son âge, comme auparavant sa mère. Un demi-elfe, un être à mi-chemin entre deux-mondes, entre l'éphémère de la vie humaine et les siècles patients des elfes. Charismatique et habile, il faisait son chemin dans la société et j'appris bientôt que la richesse de la demeure était entièrement de son fait. Il avait accompli ce qui aurait dû être mon devoir : veiller sur Nidari quand elle faiblirait. J'étais partagé entre la fierté et la honte, entre la curiosité et la réticence à l'idée de trop en savoir. Personne ne s'enrichit si vite, si aisément, sans compromissions dangereuses.

Extrait des mémoires de Mirë Lelyen, explorateur elenion

Ayant des ancêtres elfes et humains, les melessës, ou demi-elfes, sont connus pour être souvent gracieux et très volontaires. En dépit ou à cause de leurs origines métissées, ces hybrides savent tracer leur voie de manière inattendue, libérés du carcan des traditions et des habitudes trop profondément ancrées.

Demi-elfe ou melessë ?

Sur Eana, la dénomination « demi-elfe » est commune, mais considérée parfois comme péjorative, comme si les individus ainsi visés n'étaient pas complets. Le terme « melessë » est ainsi souvent préféré. Il provient d'un mot elfique évoquant l'amour, car l'on dit volontiers que les demi-elfes naissent de la passion.

Des intermédiaires habiles

Très présents dans la marine et comme agents dans les cours nobles, les melessës sont considérés par nature comme des intermédiaires entre deux mondes : civilisation et terres sauvages, lumière et ombre. Leur aisance en société leur permet de se voir facilement confier des missions d'importance et ainsi de s'élever auprès de puissants protecteurs ou mécènes. Avec le temps, ils connaissent tant de secrets qu'ils deviennent souvent incontournables et exercent discrètement un grand pouvoir

Une liberté ambivalente

Aidés par leur charisme naturel, les melessës voyagent librement de par le monde. Facilement acceptés, ils ont en revanche du mal à désigner un lieu comme étant leur foyer. Les uns s'en accommodent bien, estimant que l'existence est éphémère et que tout attachement est illusoire. D'autres au contraire rêvent qu'il existe un jour un pays, un royaume, une contrée dans lesquels ce peuple ferait souche et serait gouverné par ses semblables. L'avenir des melessës dépendra du développement d'une identité commune, pour l'instant encore incertaine.

Traits des Melessës

V

otre personnage melessë partage certaines qualités des elfes et en présente d’autres, propres à son espèce. Les demi-elfes sont en particulier connus pour leur ouverture sur le monde et leur curiosité. Chaque melessë a un aspect unique, qui exprime à sa manière le métissage. Dans tous les cas, leurs traits tendent à être fins, et leurs oreilles assez pointues. Leurs cheveux sont volontiers décrits comme soyeux et peuvent prendre toutes les teintes existant chez les elfes et les humains. Dans certains cas, elles s’accentuent encore, le noir devenant bleu nuit, le roux devenant carmin, quand le châtain peut avoir des reflets rosés. Les yeux présentent la même diversité de teinte : bleu saphir, vert jade, améthyste, rose grenat, gris perle...

  • Augmentation de caractéristique. Votre valeur de Charisme augmente de 2, tandis que deux autres valeurs de caractéristique de votre choix augmentent de 1.
  • Âge. Les melessës se développent au même rythme que les humains, pour atteindre l’âge adulte aux alentours de 20 ans. Ils vivent toutefois bien plus longtemps, nombre d’entre eux dépassant les 180 ans.
  • Alignement. Les melessës sont, de par leurs ancêtres, portés à se sentir entre deux mondes. Il en résulte qu’ils ont souvent du mal avec l’idée d’une seule norme et sont rarement d’alignement loyal, préférant adapter leur attitude aux circonstances.
  • Taille. Les melessës présentent une carrure proche de celles des humains, mesurant entre 1,50 m et 1,80 m. Vous êtes de taille M.
  • Vitesse de déplacement. Votre vitesse de déplacement au sol de base est de 9 m.
  • Vision dans le noir. Grâce à votre sang elfique, vous êtes doté d’une vision supérieure dans les ténèbres et la pénombre. Dans un rayon de 18 m, vous voyez en conditions de lumière faible comme s’il s’agissait de lumière vive, et dans l’obscurité comme si la zone était faiblement éclairée. Vous ne discernez pas les couleurs dans l’obscurité, tout étant nuances de gris.
  • Héritage féerique. Vous bénéficiez d’un avantage aux jets de sauvegarde contre l’état préjudiciable charmé et aucune magie ne peut vous endormir.
  • Polyvalence. Vous gagnez la maîtrise de deux compétences de votre choix ainsi que la maîtrise d’un type d’outils au choix parmi : les instruments de musique (un instrument), les instruments de navigateur, les outils d’artisan (un type d’outils), les véhicules (un type de véhicules entre terrestre, maritime et aérien). Ces maîtrises reflètent votre historique, les rencontres que vous avez pu faire, les péripéties que vous avez déjà vécues durant votre jeunesse... Vous pouvez les choisir après avoir déterminé votre historique (durant l’étape suivante de création de personnage).
  • Langues. Vous parlez, lisez et écrivez le commun, l’elfe et deux langues supplémentaires de votre choix.